Amaryllis, fleur d'hiver

La floraison automnale des amaryllis porte beaucoup d’intérêt comme fleur d’hiver. On peut obtenir de très belles fleurs à Noël si on la plante en automne, il suffit de mettre le bulbe en pot au mois d’octobre. L’amaryllis mesurera entre 45 et 80 cm à maturité et la tige fournit 3 à 6 fleurs très parfumées et colorées.

Quelques astuces..
Pour accueillir le bulbe, préférez un pot suffisamment grand et profond. Enterrez l’oignon du tiers de sa hauteur et arrosez-le dès que le bourgeon se manifeste. Prenez soin de garder à l’abri et au chaud votre nouvelle plantation.
Ce qui est intéressant avec les bulbes, c’est qu’il sera possible de les faire refleurir l’année suivante. Pour ce faire, il vous suffit de laisser terminer la floraison de l’amaryllis, jusqu’à ce qu’elle se dessèche entièrement. Lorsque la fleur est complètement fanée et la tige jaunie, vous pourrez couper à environs 5 cm de la base. Afin que l'amaryllis puisse refleurir en octobre, il vous faudra changer l’ancien terreau, qui manquera de minéraux et utiliser un nouveau.

Hiver et végétation

Qui dit journées plus courtes dit beaucoup moins d’exposition au soleil. Cette réduction de lumière se fait sentir sur nos végétaux. Pour les plantes d’appartement, cette période ralentit leur croissance. Elles ont besoin de moins d’eau que le reste de l’année, alors pensez à réduire la fréquence d’arrosage. Quant aux arbres et arbustes d’ornement qui perdent leur feuillage, ils arrêtent aussi leur croissance jusqu’au retour des beaux jours.

Oui, l'hiver contribue à la sélection naturelle. Mais ça ne signifie pas que cette saison décimera vos plantes, rassurez-vous ! La nature est bien faite et les plantes sont résistantes. Il suffit de faire confiance à cette période, même si elle parait plus rude que le reste de l’année. De plus, cette période de repos vous laisse le temps de rafraichir l’outillage puisque le jardin nécessite moins d’entretien.


Attention ! N’abandonnez pas vos plantations récentes, elles ont encore besoin de vous.
Comme énoncé dans un précédent article, ne négligez pas les tuteurs de vos jeunes sujets durant les premières années. Les rafales de vent ne pardonnent pas. Même en ayant installé vos tuteurs récemment, vérifiez quand même au moins une fois pendant l’hiver que l’arbre soit correctement fixé. De plus, les conifères et arbustes à feuillage persistant peuvent souffrir de la soif, alors n’hésitez pas à les arroser pendant les trois premières années, sauf en période de gel.

Influence de la lune sur la flore

On peut se demander si la lune a un réel impact sur la végétation puisqu’elle a déjà des effets bien connus sur les marées. Faudrait-il jardiner en prenant compte des mouvements de la lune comme les adeptes de la biodynamie ?

En effet, qu’il s’agisse de planter, semer, tailler ou récolter, le jardinier peut faire en fonction des cycles de la lune. Pour ce faire, il existe des calendriers qui informent des périodes favorables aux travaux du jardin selon l'état de la lune (pleine lune, nouvelle lune, décroissante, etc.).

D'ailleurs, puisque les changements de marrées se font grâce à la gravitation lunaire, pourquoi ne pas penser que la végétation soit aussi influencée ? En biodynamie, ils tendent à dire que la circulation de la sève se modifierait en fonction de la lune ascendante ou descendante. Faut-il encore y croire et peu de scientifiques se sont réellement penchés sur le sujet, alors il n’y a aucune obligation. Dans tous les cas, il y a un facteur irremplaçable à l’entretien du jardin : l’humain. Et oui, il ne faut pas croire qu’une planète à quelques 384 400km de nous fera le travail à notre place !

Une bonne odeur de forêt au réveillon

Ça y est, il est temps de ressortir votre sapin artificiel de son carton, bien caché entre les guirlandes et toute la panoplie de Noël comme la tradition le veut. Ou si vous êtes comme moi, il vous faudra choisir un créneau dans votre emploi du temps et résister au froid le temps de choisir son colocataire des fêtes de Noël.

Un grand ou un petit cette année ? Quelle espèce ? Pour vous aiguiller dans votre choix, voici quelques informations sur des variétés connues :

Le classique sapin ‘Nordmann’ (pot ou coupé)
Le Nordmann est le sapin idéal pour les fêtes. Il a l’avantage de présenter un feuillage résistant, dense et harmonieux. Ses aiguilles ne piquent pas et peuvent rester plus de 6 semaines sur l’arbre car il est plus résistant à la chaleur que la plupart des sapins. Il conserve sa couleur vert intense et sa brillance pendant plus d’un mois.


Épicéa de Serbie ‘Omorika’ (pot)
Cet épicéa a l’avantage de résister jusqu’à des températures extrêmes (-28°c). Vous me direz que chez vous pour Noël, cette température n’est pas au rendez-vous et heureusement ! Par contre, lorsque vous voudrez replanter cet épicéa de Serbie en extérieur, ce sera bénéfique puisqu’il est connu pour sa résistance. De plus, il exige peu d’entretien et conserve ses épines d'un vert foncé luisant dessus et marqués de deux bandes blanches au-dessous.


Épicéa épincette bleue ‘Pungens Glauca’ (pot)
Aussi connu sous le nom d’épicéa du Colorado, ce sapin, comme son nom l’indique, est originaire d’Amérique du Nord. Il résiste aussi bien à la chaleur que le sapin Nordmann et parfume la pièce d’une agréable odeur de pin.


Épicéa épinette blanche ‘Glauca Conica’ (pot)
Aussi originaire d’Amérique (Dakota du Sud), l’épinette blanche atteindra 1m50 à maturité. Il forme une pyramide conique régulière. Ses aiguilles sont vert clair. Il a une résistance à la chaleur égale à l’épinette bleue.

Conseils spécifiques lorsque vous entreposez un sapin à l’intérieur

Qu’il soit en pot ou coupé, il est important de ne pas mettre le sapin proche d’une source de chaleur (radiateur, cheminée, etc.). Pour mieux conserver ses aiguilles, l’asperger avec de l’eau avant de le décorer pour le réveillon et surtout n'oubliez pas de l'arroser régulièrement.


Clin d’œil écologique
Un sapin en pot tiendra plus longtemps et aura la chance de retourner en terre après les fêtes auprès des siens. À ajouter qu’il capture le dioxyde de carbone (Co2) pour le transformer en oxygène. Un vrai écosystème à la maison ! Concernant le sapin coupé, comme chaque année, les communes les récupèrent et ils termineront leur route au compost.

Hivernage pour préserver ses plantes

La température descend, il est temps de penser à préserver vos plantes et arbres sensibles au gel. Palmiers et oliviers sont fragiles aux grands froids, il est donc nécessaire de les protéger.


Palmiers
Le palmier ‘Trachycarpus’ peut résister jusqu’à -12c° à condition d’avoir été bien planté et de posséder un terrain suffisamment drainant. Tandis que le palmier ‘Phoenix’ ne résiste pas autant, il craint le gel à -4c°.
Nous vous conseillions d’emballer soigneusement vos palmiers. Ramenez les palmes pour former une protection naturelle, attachez-les à l'aide d'un cordage, et emballez l’ensemble à l’aide d’un voile d’hivernage. Quant aux racines, apportez une bonne couche de paillis au sol pour protéger du gel.

Oliviers
Peu exigeants le reste de l’année, les oliviers n’ont pas une grande résistance au froid dû à leur climat d’origine. Des températures inférieures à -4c° causent des dégâts aux jeunes pousses. En dessous de -15c°, la charpente entière peut être détruite. Pour protéger le feuillage, enveloppez l'olivier avec un voile d'hivernage. Pour la protection du tronc, entourez le d'une épaisseur de paille d'environ 10cm et enfermez le dans une bâche bien liée. Concernant les racines, formez une butte composée de terre paille et branches de sapin autour du pied de votre olivier. Cette protection empêchera le gel de descendre en profondeur.

Conseil spécifique
Préférez un voile en polypropylène non tissé qui est un excellent isolant thermique pour faciliter une bonne circulation de l’air. Évitez les bâches en plastique qui favorisent la condensation et risque de faire pourrir l’arbre. Les jeunes sujets et les arbres plantés récemment nécessitent une protection plus importante durant les trois premières années, favorisez alors des couches supplémentaires par prévention.

Plantes méditerranéennes
Les plantes méditerranéennes classiques (laurier, grenadier, laurier rose, trompette des anges, …) doivent passer l’hiver à l’abri du gel et à une température relativement basse (4 à 6 c°). Les espèces persistantes auront besoin d’un local clair pour l’hivernage. Plus le local est chaud, plus les espèces persistantes exigent de lumière. Par contre, les espèces à feuillage caduc peuvent être entreposées à l’obscurité. Les locaux doivent être périodiquement bien aérés, lorsque le temps n’est pas au gel. Selon nécessité il faut aussi penser à un arrosage chaque 15 jours, 3 semaines selon les conditions de stockage.

Suivez-nous sur nos réseaux sociaux

        

Green P Sàrl
Filiale paysage du groupe Constantin JC
Membre de
l'Association Valaisanne des Paysagistes

 

Entreprise formatrice selon l'OFFP